Dernière minute :
ECLAIRAGE
Mini-Sommet de Goma : les raisons d’un boycott
mardi 15 septembre 2020

Prévu initialement du 9 au 13 septembre dans la ville phare du Nord-Kivu, le Mini-Sommet de Goma vient d’être renvoyé sine die. Attendus dans cette ville frontalière au Rwanda, les chefs d’Etat ougandais et burundais n’ont pas fait le déplacement, jugeant sans doute le lieu et le moment pas encore propices.

Convoquées par le Président congolais, Félix-Antoine Tshisekedi, ces assises ont été fixées dans la ville volcanique de Goma, à un jet de pierre de Rubavu (Gysenyi), la ville voisine logée sur les rives du lac Kivu, au Rwanda.

Selon une correspondance attribuée aux autorités burundaises, le Général Evariste Ndayishimire s’est réservé de répondre positivement à l’invitation de son homologue congolais, Félix-Antoine Tshisekedi. Aux commandes du pays depuis peu, après son élection, le successeur de Pierre Nkurunzinza n’a pas vraisemblablement jugé opportun de marquer sa première sortie par ce mini-sommet de Goma.

A la place, c’est une missive polie de l’Exécutif burundais qui a fait le tour des réseaux sociaux. Au regard de cette lettre, le Gouvernement du Burundi estime «prioritaire», dans un premier temps, d’organiser une rencontre bilatérale avec la République démocratique du Congo au niveau ministériel.

«Bujumbura reste à cet effet disposé à discuter sur des sujets tels que la gestion de sécurité à la frontière commune entre le Burundi et la RDC. De même, sur la promotion des échanges commerciaux entre les deux pays, sur la gestion de la pandémie covid-19 aux frontières et sur d’autres questions d’intérêt commun», écrit un média en ligne.

CRISE DE LEADERSHIP

Loin de s’embourber dans un pourparler précoce avec Kigali, qui n’est pas en odeur de sainteté avec Buja depuis le régime Nkurunziza, le nouveau pouvoir burundais veut tout d’abord consolider ses relations avec Kinshasa.

Il réitère ainsi ‘‘son engagement à renforcer les excellentes et historiques relations d’amitié et de coopération qui existent entre les deux peuples’’. Buja manifeste, par ailleurs, son intérêt à la tenue des discussions bilatérales autour des sujets suscités à des dates à convenir par voie diplomatique entre les deux parties.

Comme le Général Evariste Ndayishimire, l’Ougandais Yoweri Museveni n’a pas non plus été chaud à l’invitation du Président Congolais. Moins pour l’invitation que pour le choix de la ville de Goma, où l’influence du Rwanda est bien réelle. Les deux chefs d’Etat, qui semblent entretenir des relations orageuses avec Kagame, n’ont vraisemblablement pas trouvé rassurant de se rendre à Goma.

Depuis la disparition de feu le président Nkurunziza, Kigali et Bujumbura s'accusent mutuellement de chercher à déstabiliser l'autre. Le pouvoir burundais majoritairement hutu. Pendant qu'au Rwanda, c'est la minorité tutsi qui dirige. On retrouve dans ces velléités d'accusation les sempiternelles fractures ethniques entre le Rwanda et le Burundi.

Depuis un certain temps, les deux présidents, rwandais et ougandais se livrent une guerre de leadership régional, alors que Paul Kagame a fourbi ses armes en Ouganda à l'ombre du " grand frère " Museveni.

DEMENTI

Nombre d'analystes ne se privent pas de relever ce qu'ils considèrent comme des " failles " dans la gestion du mini-sommet de Goma. D'abord, la ville choisie qui bien que faisant partie intégrante de la Rdc et chère aux rd congolais, n'avait pas tout pour rassurer les Présidents burundais et ougandais. Du moins dans l'état actuel des rapports entre les Rwandais et ses deux autres voisins. Goma étant géographiquement, sécuritairement, logistiquement si proche du Rwanda. La localisation du mini-sommet dans une ville rd congolaise éloignée de la "ligne de front " aurait peut-être été la bienvenue.

Autre faiblesse, l'annonce du sommet alors que l'accord formel de Bujumbura et Kampala n'avait pas encore été obtenu. La preuve, ce refus très diplomatique des autorités burundaises. En tenant en compte les relations entre Bujumbura et Kigali, Kinshasa aurait été inspiré d'évacuer toutes les réserves et réticences avant de faire sa grande annonce.

Côté Kinshasa, les autorités se refusent à cautionner l’idée d’un boycott qui serait diligentée par les deux pays voisins. «La RDC n’est pas encore saisie du refus du Burundi de participer au mini-sommet de Goma. Ce que je vois sur les réseaux n’est pas officiel pour moi», a indiqué à ce propos Mme Marie-Ntumba Nzenza, la ministre congolaise des Affaires étrangères, citée par la radio Top Congo.

Alors que le ministre burundais des Affaires étrangères a, dans sa note verbale du 8 septembre (divulguée par l’AFP), fait savoir que «suite à leur calendrier chargé, les plus hautes autorités burundaises ne pourront malheureusement pas participer aux travaux de ce sommet important», Marie-Ntumba Nzenza s’est voulue plutôt rassurante : «Nous sommes très avancés dans les travaux de préparatifs avec le Burundi et avec l’Ouganda. Nous sommes en train de travailler pour que le sommet ait lieu. Jusqu’à présent tous les signaux que j’ai indiquent que le sommet aura bel et bien lieu», a soutenu la Cheffe de la diplomatie congolaise.

Malgré cet optimisme, l’ombre du report semble toujours planer sur cette rencontre des chefs d’États de la sous-région dont la date effective fait encore mystère. FDA
"Le budget doit cesser d’être un pur exercice théorique et mathématique d’alignement de chiffres", selon Mabunda
mercredi 16 septembre 2020

La tradition a été respectée. Le Parlement congolais a ouvert hier mardi 15 septembre, sa deuxième session ordinaire 2020, essentiellement (...)
lire la suite
Des députés du Katanga dénoncent l’incursion des hommes armés dans la ferme du Général John Numbi
mercredi 16 septembre 2020

Les députés nationaux du Katanga en séjour à Lubumbashi ont rendu une visite de réconfort au Général John Numbi à sa ferme privée, sur la route de (...)
lire la suite
Thambwe Mwamba pour les réformes électorales par le Parlement !
mercredi 16 septembre 2020

C'est hier qu'a eu lieu l'ouverture solennelle de la session ordinaire de septembre 2020 essentiellement budgétaire dans la salle des Conférences (...)
lire la suite
Félix Tshisekedi et Boni Yayi assistent aux funérailles de la belle sœur de Sassou Nguesso
mercredi 16 septembre 2020

* Compatissante, Olive Lembe, épouse du président honoraire de la RDC, a aussi été aperçue à la messe d'action de grâce organisée à la cathédrale Notre (...)
lire la suite
Les militaires et policiers interdits de se promener avec leurs armes en dehors des heures de service
mercredi 16 septembre 2020

Le porte-parole des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), le lieutenant général-major Léon Richard Kasonga, a annoncé lundi à (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Les réformes électorales - à l’aune de l’énigme parlementaire

Réformes électorales ? Tout le monde ou presque en parle. Quantité d'initiatives sont nées à cette fin. La plus médiatisée étant celle pilotée par le Groupe de 13 personnalités politiques et de la (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting