Dernière minute :

Allô Brigade d’Intervention !
jeudi 24 septembre 2020

A l'aide Monusco ! Au secours Brigade d'intervention ! Vivement des unités spéciales pour endiguer les groupes armés dans l'Est du pays ! Le chef de l'Etat rd congolais n'a pourtant pas besoin de haut-parleur pour appeler la mission onusienne à l'aide. Cela fait deux décennies que les soldats de la paix sont en RDC. Quel contingent ! L'un des plus importants de toute l'histoire de l'ONU, jusqu'il y a peu. Avec quel budget ! L'un des plus colossaux d'1 milliard de dollars américain par an jusqu'à une date récente.

20 ans après son déploiement dans ce pays-continent, la formule "mission accomplie" a du mal à sortir même de la bouche de ceux qui voient le verre à moitié plein. C'est dire …

L'appel présidentiel aux unités spéciales de la Brigade d'intervention a le mérite de légitimer le bilan mitigé - c'est sans doute un euphémisme - de la mission onusienne. Si après une si longue présence des casques bleus, Kinshasa en est encore à demander de l'aide…militaire, c'est la preuve par l'absurde que l'équation sécuritaire est loin d'être résolue.

Telle une hydre, des têtes de groupes armés pullulent au fil des ans. En Ituri comme dans le Nord-Kivu, ces groupes contrôlent des pans importants du territoire national. Ils pillent, tuent et violent. Des atrocités commises souvent pas très loin des zones où les troupes de la Monusco sont présentes. Un pied de nez au sacro-saint volet "protection des civils".

"Juger, c'est évidemment ne pas comprendre, puisque si l'on comprenait, on ne pourrait plus juger", disait ou écrivait André Malraux. La dialectique de la mission onusienne en RDC tire ses origines dans l'ambigüité originelle par rapport à la guerre de 1998.

Voilà une guerre d'agression que les plénipotentiaires de la communauté internationale ont refusé de nommer pour ne pas gêner aux entournures ses vrais sponsors. Or, "mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde", jugeait le philosophe libertaire Albert Camus.

Une guerre plus géopolitique qu'ethnique. Un conflit qui s'inscrivait dans une logique de gérer autrement les ressources naturelles du "vieux comptoir", décrété à Berlin en 1885 estampillé RDC.

Pour y arriver, quoi donc de plus "pratique" que de sous-traiter cette guerre régionalement via des pays voisins qui avaient besoin de se servir du Congo/ Kinshasa comme exutoire à leurs propres contradictions internes.

Si, pour la première expédition contre le régime dévalué et même faisandé du Marechal Mobutu, la mayonnaise avait pris, l'aventure s'est avérée plus difficile que prévue deux ans plus tard. C'est dans ce contexte ambigu avec les vrais acteurs avançant masqués que la Monuc débarque.

Comment nommer correctement les choses lorsque certains pays, gros contributeurs à l'ONU et des multinationales qui leur servent de technostructures sont impliqués dans la déstabilisation de la RDC ?

Poser cette question, c'est comprendre les limites foncières de l'action de la Monuc, puis de la Monusco en terre rd congolaise. Car, pour planétaire qu'elle soit, l'ONU reste encore sous le contrôle de ceux des pays qui sont " plus égaux " que d'autres. José NAWEJ
Au-delà du cas emblématique de Mama Yemo
vendredi 2 octobre 2020

Outre-tombe, feue la vénérable mère de feu le Maréchal Mobutu aurait bien pu se passer de la publicité malsaine autour de son nom. La faute à son (...)
lire la suite
Trump-Biden : les Africains ne devraient pas copier ça
jeudi 1er octobre 2020

Idéalisant systématiquement l'ailleurs, le Congolais a sans doute été déçu. Prenant souvent les démocraties occidentales comme les modèles les mieux (...)
lire la suite
2023, énième échéance-fétiche
mercredi 30 septembre 2020

Amateurs de fétichisme des dates devant l'Eternel, les Congolais ont déjà trouvé une énième échéance culte : 2023. L'année 2023 marque, c'est connu, la (...)
lire la suite
Bonjour la pluie, bonjour les dégâts !
mardi 29 septembre 2020

Coucou ! Dame la pluie est là ! Hier, la flotte s'est annoncée sur Kinshasa. Une bonne nouvelle sous des cieux normaux. La pluie charriant au (...)
lire la suite
Derrière l’aventure…, un danger existentiel
lundi 28 septembre 2020

On se serait contenté de railler l'amateurisme s'il n'y avait pas mort d'hommes. On ne serait limité à décrier les failles des " Services " si le (...)
lire la suite
Vive la visioconférence !
vendredi 25 septembre 2020

Pas besoin de consulter les mille et une sources aéroportuaires pour le constater. Coronavirus oblige, nos chefs d'Etat et/ou de gouvernement se (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Allô Brigade d’Intervention !

A l'aide Monusco ! Au secours Brigade d'intervention ! Vivement des unités spéciales pour endiguer les groupes armés dans l'Est du pays ! Le chef de l'Etat rd congolais n'a pourtant pas besoin de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting