Dernière minute :
TOUT EN ETANT CENSUREE
La chanson " Mama Yemo " de Karmapa reçoit un accueil favorable dans l’opinion
mercredi 30 septembre 2020

Quoique censurée, la chanson " Mama yemo " de l'artiste musicien congolais Karmapa recoit un accueil favorable dans l'opinion. Cette chanson qui dénonce l'insalubrité et les mauvaises pratiques institutionnalisées au sein de l'hôpital général de référence de Kinshasa est saluée par la population congolaise.

En témoigne le succès dont bénéficie le clip de cette chanson diffusé depuis plusieurs jours sur Internet. Ce clip d'une dizaine de minutes est partagé et diffusé sur les réseaux sociaux par les mélomanes comme des petits pains.

Au-delà de l'environnement numérique, la chanson " Mama yemo " fait parler d'elle dans les rues de Kinshasa. On en parle même dans les transports en commun. Les populations s'interrogent sur les vraies raisons de la censure de cette chanson qui dénonce pourtant des maux sociaux.

" Pour quoi doit-on censurer une chanson qui dénonce de mauvaises pratiques, alors que celles qui véhiculent des insanités et antivaleurs continuent d'être tranquillement balancées à longue de journée dans les medias en RDC ", s'interrogent les mélomanes à Kinshasa.

Des personnes abordées hier à ce sujet dans la mégapole kinoise, estiment que la censure de la chanson " Mama yemo " constitue un recul sur la question de la liberté d'expression en RDC et une entorse à l'Etat de droit tant prôné par le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi.

" Karmapa est à féliciter. Il a osé dire tout haut ce dont souffrent des Congolais. Ce qui se passe actuellement au sein de cet hôpital doit interpeller tout le monde. L'artiste a voulu juste réveiller les autorités pour que l'on réhabilite cet hôpital d'heureuse mémoire sur tous les plans", a déclaré, Reagan T, la trentaine révolue.

A côté de la population, plusieurs personnalités élèvent la voix pour apporter leur soutien à l'artiste musicien Karmapa. C'est le cas de Eve Bazaiba, secrétaire générale du Mouvement de Libération du Congo (MLC) qui, à travers un tweet, affirme que c'est ridicule de censurer la vérité.

" C'est ridicule de censurer la vérité. Maman Yemo est le reflet de ce que sont les hôpitaux généraux à travers le pays. Moi je soutiens Karmapa, parce qu'il a dénoncé ces maux. Il a plutôt interpellé les autorités ", a-t-elle écrit.

Plusieurs autres artistes musiciens et acteurs du secteur de la culture ont témoigné leur soutien à Karmapa. Dans une interview accordée, lundi 28 septembre, à un média de la place, l'artiste-musicien Jean Goubald a fustigé la sanction infligée à la chanson "Mama Yemo" et encouragé son auteur à dénoncer les tares de la société congolaise à travers ses œuvres.

À l'en croire, la chanson censurée ne cible pas seulement l'hôpital général de référence de Kinshasa. C'est une interpellation de celui qui se fait appeler "Prince de la Rumba congolaise" à ses compatriotes pour promouvoir un environnement où il fait beau vivre dans tous les domaines.

Karmapa est un gars lucide qui est en train de dire à ses frères et sœurs que nous devons nous départir de la crasse. Nous devons essayer de créer un environnement viable et vivable. J'encourage Karmapa à continuer son œuvre", a indiqué Jean Goulald.

L'auteur de la chanson "Bombe anatomique" ne s'explique pas les raisons de l'interdiction de ce single d'autant plus que, a-t-il déclaré, les mauvaises pratiques qui ont élu domicile à l'hôpital général de référence sont connues de tous.

"On comprend que le Congolais aime demeurer dans la médiocrité. Mama Yemo est médiocre. C'est un hôpital de renom et de référence qui est aujourd'hui devenu médiocre parce que les gens qui le dirigent ne savent donner de l'éclat à leur lieu de travail", a déploré J. Goubald.

Il appelle tous les musiciens congolais à faire bloc pour désapprouver cette décision et à parler un même langage pour barrer la route à l'interpellation de Karmapa par la Justice congolaise.

La chanson "Mama Yemo" de Karmapa qui met en exergue l'insalubrité et les mauvaises conditions de vie et de travail qui prévalent à l'hôpital général de référence de Kinshasa est interdite de toute diffusion par la commission de censure.

Au-delà de l'insalubrité, l'artiste musicien Karmapa a, à travers cette chanson, dénoncé la propension pour le corps médical de cet hôpital à privilégier l'argent à la vie humaine. Orly-Darel NGIAMBUKULU
Le portail numérique culturecongo.com présente la deuxième édition du Poète autour d’un verre pour le 30 octobre à Kinshasa
jeudi 15 octobre 2020

Le média en ligne culturecongo.com organise le 30 octobre prochain la deuxième édition de la soirée culturelle "Poète autour d’un verre" au Lounge bar (...)
lire la suite
Mwimba Texas : la veillée mortuaire prévue pour ce vendredi 9 octobre
vendredi 9 octobre 2020

Décédé le 30 août dernier, le catcheur albinos Mwimba Texas sera porté en terre demain samedi 10 octobre. La veillée mortuaire est prévue pour ce (...)
lire la suite
Des parlementaires s’approprient le plaidoyer pour l’inscription de la Rumba au patrimoine de l’UNESCO
mercredi 30 septembre 2020

La Rumba congolaise doit absolument être inscrite au patrimoine mondial de l'Organisation des Nations-Unies pour la science, la culture et (...)
lire la suite
La chanson " Mama Yemo " de Karmapa reçoit un accueil favorable dans l’opinion
mercredi 30 septembre 2020

Quoique censurée, la chanson " Mama yemo " de l'artiste musicien congolais Karmapa recoit un accueil favorable dans l'opinion. Cette chanson qui (...)
lire la suite
Moïse Mbiye revient sur scène avec son album "Triomphe"
vendredi 25 septembre 2020

Le chanteur chrétien Moïse Mbiye revient sur scène avec son album "Triomphe". Au regard des affiches diffusées à travers la ville de Kinshasa par (...)
lire la suite
JB Mpiana à la conquête des mélomanes de Nsele et de Lemba
vendredi 25 septembre 2020

Le patron de Wenge Bon Chic Bon Genre (BCBG) passe à la vitesse de croisière avec ses prestations sur scène. Ce vendredi 25 septembre, JB Mpiana (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting