Dernière minute :

Un seul perdant, la RDC !
jeudi 22 octobre 2020

Il en va de la politique comme du sport. Le jour d'après, c'est le résultat qui dicte le commentaire. Les abonnés au manichéisme narcissique très zaïro-congolais resteront peut-être sur leur faim. Ou sur leur soif. C'est selon. A quoi bon désigner un vainqueur ou un perdant là où, au fond, c'est le pays qui perd.

Par sa classe dirigeante, la RDC a envoyé un signal de non Etat. Ce ne serait pas fort de café que d'évoquer la référence historique de la "Cour du roi Pétaud". Ou de remettre au goût du jour le terme très gaullien de "chienlit".

Voici un pays où les services du Président saisissent les speakers de deux chambres du Parlement pour l'occupation de l'occupation de la salle de congrès aux fins de la prestation de serment de trois hauts magistrats. A l'arrivée, la cérémonie a lieu dans l'Hémicycle, sans les maîtres des lieux! Juste un membre du bureau du Sénat.

Ce n'est pas tout. Pas l'ombre du Premier ministre, chef du Gouvernement. Lui qui, avait été chargé par le chef de l'Etat de préparer la prestation de serment. C'est ce qui ressortait du compte-rendu du Conseil des ministres lu dans toutes les langues et annoncé urbi et orbi.

Est-il, en plus, besoin de souligner que la solennité de l'événement - par nature officielle et étatique - ne rimait guère avec la dose par trop partisane qui y a été injectée ? Les Congolais ont eu droit en live à l'hymne d'un parti politique !

Le tableau étant celui-là, s'il y a un perdant c'est bien l'Etat rd congolais. Et, par ricochet, l'image du pays qui a pris un sacré coup. Chose dont le pays pouvait utilement se passer.

Bien évidemment, il s'en trouve déjà des compatriotes pour se glorifier du mélodrame qui a eu pour théâtre la salle des congrès. Bien sûr qu'en ce jour d'après les uns et les autres attendent la suite des événements pour le retour sur investissement. Ceux qui ont été à la castagne dont l'épilogue est intervenu hier ne l'ont pas fait pour la bonne cause. Dans cette classe politique, derrière le moindre engagement, il y a l'odeur d'un maroquin.

Mais, que valent ces considérations-là en comparaison avec le danger du retour à la spirale de l'instabilité, le risque du chaos généralisé et le préjudice en terme d'image pour le pays? Là commence le vrai sujet. José NAWEJ
La sempiternelle querelle autour des textes
mercredi 28 octobre 2020

1960 à nous jours : les mêmes textes, des lectures et donc des compréhensions diamétralement opposées. Ce n'est ni une thèse de doctorat, ni un sujet (...)
lire la suite
L’énigme FCC
mardi 27 octobre 2020

Ironie du sort ? Comble de paradoxe ? Un peu de deux à la fois. Pour réaliser l'union sacrée sur le dos du FCC, le Président se doit de percer (...)
lire la suite
Des questions …
lundi 26 octobre 2020

S'il garde encore son cache-nez anti-covid-19, Félix-Antoine Tshisekedi a ôté le masque qu'il portait depuis son " alliance " avec Joseph Kabila. (...)
lire la suite
Fatshi sur une ligne de crête !
vendredi 23 octobre 2020

Rentrer dans la tête de Fatshi ? Très tentant ce vendredi 23 octobre. Mais, comment y parvenir ? Il y a du "béton" partout. Béton armé par-dessus le (...)
lire la suite
Un seul perdant, la RDC !
jeudi 22 octobre 2020

Il en va de la politique comme du sport. Le jour d'après, c'est le résultat qui dicte le commentaire. Les abonnés au manichéisme narcissique très (...)
lire la suite
Evénement avant l’événement
mercredi 21 octobre 2020

Ce mercredi 21 octobre est jour de prestation de serment des nouveaux juges constitutionnels. Un événement. Un big event même. Sans aucun doute. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Sauver l’essentiel

Qui va gagner ? Qui va perdre ? Le Président ? Les speakers de deux chambres du Parlement ? Et par extension, le CACH ? Le FCC ? Question intéressante pour les affidés de deux camps. Interrogation à (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting