Dernière minute :

Entre le tocsin de la paix et le glas du chaos
jeudi 12 novembre 2020

Les bons offices ou encore la médiation dans le duel à distance- par consultations et retraite interposées- entre FATSHI et JKK ? On en sent l'augure et l'odeur très épiscopales.

Comment ne pas crier alléluia ? Comment ne pas prier pour que l'initiative des évêques catholiques débouche sur la seule perspective qui vaille pour le pays. A savoir la reprise du dialogue entre le Président de la république et son prédécesseur. Et plus généralement entre les vrais protagonistes de la énième crise politique.

Sans préjuger de la suite de la démarche, le mérite des prélats catholiques à ce stade est de cerner et discerner le nœud gordien du blocage.

Ce n'est certainement pas en recevant la RDC entière au Palais de la nation que le Président jugulera la crise. A quelques exceptions près, le ballet qui s'observe à la Présidence de la république a pour ressort l'équation individuelle des "consultés". L'ADN du personnel politique rd congolais n'a plus de secret à livrer.

Chacun voit les consultations présidentielles que par le bout de la lorgnette du poste ministériel ou de tout autre strapontin. Chacun chante anticipativement l'hymne à "l'union sacrée de la Nation" dans l'espoir de figurer dans l'attelage annoncé post-FCC-CACH.

Ce n'est pas non plus en s'arc-boutant sur sa majorité parlementaire sans rien concéder au camp présidentiel que le FCC parviendra à décanter la situation. A l'évidence, le costume cousu pour le chef de l'Etat il y a près de deux ans s'avère trop petit pour lui.

Entre ces deux postures, il y a le risque de voir le pays sombrer dans le chaos. En contact journalier avec le Congo profond, les Evêques de la CENCO n'ont pas besoin d'institut de sondage pour prendre le pouls du pays réel. Ils n'ont pas besoin non plus de jeûner pour découvrir que la RDC est à la fois complexe, plurielle et encore fragile. En plus, leur vocation n'est pas soluble dans les salamalecs, les flagorneries et autres approches inconséquentes qui font florès dans l'univers d'interlocuteurs du Président.

Reste à savoir si les véritables acteurs que sont notamment les leaders du CACH ou de l'Union sacrée en devenir et du FCC vont donner suite à l'offre de bons offices des Evêques. Il vaut mieux que l'Eglise sonne tocsin de la réconciliation que les égos des hommes politiques sonnent le glas du chaos. José NAWEJ
Consultations : tout a déjà été dit !
vendredi 20 novembre 2020

Messieurs les "consultés", plus la peine d'en rajouter. Pour le coup, cela équivaudrait d'abuser de la citation selon laquelle, la répétition est la (...)
lire la suite
Le Conseil d’Etat à la manœuvre
jeudi 19 novembre 2020

Avant même le verdict du Conseil d'Etat dans huit jours, le député Fabrice Puela peut boire du petit lait. Sa requête a été jugée recevable! Et donc (...)
lire la suite
Accords made in DRC
mercredi 18 novembre 2020

Pas facile d'être témoin des accords politiques congolo-congolais. Pas une sinécure non plus de faire la médiation entre acteurs politiques rd (...)
lire la suite
Le porteur d’œufs
mardi 17 novembre 2020

Ce n'est pas le lieu de s'improviser exégète des œuvres de nos artistes. Une œuvre de l'esprit étant, par définition, polysémique. Surtout si elle (...)
lire la suite
Crépuscule sur le quinquennat !
lundi 16 novembre 2020

Déjà un air de crépuscule sur le quinquennat en cours. On n'est même pas à mi-mandat. Les engagements de campagne sont encore à 90% non tenus. A (...)
lire la suite
En mode dépassement
vendredi 13 novembre 2020

Pays de toutes les démesures. Ce constat fait par un fin connaisseur du Congo-Zaïre dans les années 90 n'a pas pris la moindre ride. A l'époque, ce (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting