Dernière minute :

Crépuscule sur le quinquennat !
lundi 16 novembre 2020

Déjà un air de crépuscule sur le quinquennat en cours. On n'est même pas à mi-mandat. Les engagements de campagne sont encore à 90% non tenus. A moins de considérer à la suite de l'homme politique français -Henri Queuille- que les promesses électorales n'engagent que ceux qui les écoutent.

Bizarre. Paradoxal. Etonnant, façon "kokamawa eee" pour rester dans l'écosystème kinois. Ce ne serait pas fort de café que d'emprunter justement au lexique écologique pour comprendre ce crépuscule, pour le moins précoce, sur le quinquennat. Le soleil qui se couche plus tôt que d'habitude sur les cinq ans de l'ère Fatshi.

Comment ne pas parler du fameux dérèglement climatique ? Deux ans à peine après l'alternance que ses "théoriciens, hérauts, héros, artisans et partisans" ont portée au pinacle, voilà que les mêmes vouent aux gémonies le produit de leur génie. L'art de vite brûler le soir ce qu'on a adoré le matin. Et vice-versa.

Exit le programme commun du Gouvernement. L'heure n'est pratiquement plus à la gestion de la cité en terme de réponse à apporter aux vraies attentes de vraies gens. Les vainqueurs de 2018 sont, tous, dans des manœuvres tactiques. Question de se mettre en pole position pour le prochain "Grand prix".

Aux orties donc le "un pour tous et tous pour un", bonjour le chacun pour soi dans la perspective 2023. C'est cet horizon-là qui régule désormais la vie politique.

Sans le dire ouvertement, les partenaires de la coalition crépusculaire se sont déjà projetés en ..2023. Ce coup d'après dont l'inconvénient majeur est de préempter, à des fins de liquidation, l'actuelle législature.

Et le peuple dans tout ça ? Dindon de la farce, une fois de plus. Une fois de trop, en réalité. Le voilà condamné à jouer la version tropicale de la tragi-comédie de Samuel Beckett "En attendant…2023 ".

Reste à savoir si la résilience légendaire des Congolais résistera à l'absence continue du dividende électoral. Un crépuscule peut en cacher un autre. Après tout, le dérèglement climatique charrie, par nature, l'imprévisibilité. José NAWEJ
Et la "grande muette" parla !
mercredi 2 décembre 2020

Par nature, elle ne parle pas. Mieux, elle a vocation à ne pas parler …politique. Elle est à la fois aphone et apolitique. Lorsqu'elle parle, c'est (...)
lire la suite
30 ans de reproduction des mêmes travers !
mardi 1er décembre 2020

"Les cordonniers sont les plus mal chaussés". Ce proverbe archiconnu va comme un gant aux professionnels des médias dont le job est précisément de (...)
lire la suite
Sortie officielle des ’’Ecrivains du Congo Asbl’’
lundi 30 novembre 2020

Le Musée National de la République démocratique du Congo a vibré le jeudi 26 novembre à l'occasion de la sortie officielle de l'association "Écrivains (...)
lire la suite
Prévenir les hypothèques sur la présidence de l’UA
lundi 30 novembre 2020

La RDC est à la lisière de sa présidence -tournante- de l'Union africaine. Un honneur pour tout un pays. Un grand moment pour le chef de l'Etat rd (...)
lire la suite
Le patronat dans la grisaille ambiante
vendredi 27 novembre 2020

Que peut faire Albert Yuma fraîchement réélu à la tête du patronat rd congolais ? Poser cette question équivaudrait à se demander ce que les Congolais (...)
lire la suite
FCC-CACH : l’envers de la distanciation physique
jeudi 26 novembre 2020

Attention danger ! Retour à la zorro du corona à Kinshasa. L'alerte a été donnée par des autorités sanitaires compétentes. Les Kinois devraient, dès ce (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Fatshi face au principe de réalité

Que ce fût long, laborieux, épique, éreintant ! Plus de trois semaines de consultations ! Jusque tard hier soir, il y avait encore du monde qui attendait d'être reçu par le chef de l'Etat. Pas donc (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting