Dernière minute :

Sortie de crise en RD Congo : l’implication des églises s’impose !
mardi 17 novembre 2020

* Les hommes de Dieu doivent-ils se tenir à l'écart et laisser les politiciens exprimer leurs egos ?

La situation politique en RD Congo est celle où les principaux acteurs se livrent à une guerre des egos au sommet de l'Etat. Entre les deux principales plateformes de la coalition au pouvoir, à savoir le Front commun pour le Congo (FCC) et le Cap pour le Changement (CACH), c'est le désamour. Chacun d'eux se jettent la lourde responsabilité de la crise et pense que l'enfer c'est l'autre. Entretemps, c'est le pays réel qui paye le prix fort d'une impasse qu'on aurait pu éviter.

Sans caricature, d'aucuns comparent la situation actuelle de la RD Congo avec celle d'un malade agonissant. Dans cette comparaison, des observateurs considèrent toutes les tentatives actuelles de sortie de crise, comme des manœuvres faites dans le sens de retarder l'issue fatale, une mort lente par inanition d'un malade au milieu d'un monde regorgeant d'aliments et de boissons.

Dans ce contexte d'incertitudes permanentes quant à l'avenir de la nation, plusieurs questions se posent. La première est celle savoir si le pays réel doit être sacrifié sur l'autel du pays légal. Subsidiairement, jusqu'où irait l'impasse, dès lors que les principaux protagonistes de la crise s'arc-boutent sur leurs egos ? Une autre question aussi, faut-il laisser pourrir la situation, quitte à en tirer les conséquences plus tard ? Les Congolais sont-ils réellement incapables de résoudre une crise politique artificielle créée par un conflit d'intérêts ? On pourrait s'interroger à l'infini.

VIVEMENT L'IMPLICATION DES EGLISES

Les consultations en cours, initiées par le Président Félix Tshisekedi depuis le 2 novembre au Palais de la nation, suffisent-elles pour sortir le pays de l'ornière? Si les partisans de l'actuel Chef de l'Etat y croient, nombre de Congolais restent cependant sceptiques. Non sans raisons, quand on sait que certains principaux acteurs politiques, considérés comme étant une partie du problème, ne sont est pas associés à ces contacts directs. Il s'agit essentiellement des majors de la famille politique de l'ancien Chef de l'Etat Joseph Kabila et de l'aile "dure" de LAMUKA composée de Martin Fayulu, qui se considère toujours comme "Président élu" et d'Adolphe Muzito.

Par ailleurs, de nombreux observateurs estiment que le Président Félix Tshisekedi, initiateur des consultations du palais de la Nation, est lui-même une autre partie du problème. Par conséquent, il ne saurait résoudre un problème par un autre, en cherchant à refonder l'action gouvernementale, sur fond de quête d'une nouvelle majorité parlementaire qui ne reposerait sur aucun cadre légal. Les mêmes observateurs anticipent pour dire que ces consultations dont la fin est annoncée pour cette semaine, ne sauront mettre fin à l'impasse. Alors, que faut-il faire ?

A priori, la crise politique en RD Congo n'est pas une situation désespérée. Bien au contraire. Le pays dispose de ressources humaines, capables de se mettre autour d'une table en vue des échanges francs. L'objectif ultime étant de sauver la nation de l'"inanition". Et, parmi ces ressources, il y a donc lieu de citer les responsables des confessions religieuses. Il s'agit donc ici, de l'Eglise dans toute sa diversité, y compris celles dites de "réveil".

Au sujet justement de l'implication de l'Eglise locale dans la recherche de la solution à la crise actuelle, l'opinion a appris la démarche entreprise la semaine dernière, par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO). Cette structure de l'Eglise catholique romaine a donc offert ses bons offices, en allant vers d'autres acteurs majeurs de ce moment trouble du fonctionnement normal du régime du 24 janvier 2019.

D'ores et déjà, d'aucuns estiment que cette démarche des hommes de Dieu doit être encouragée à tous égards. Mais, elle ne devrait pas être l'apanage de l'Eglise catholique. D'où, l'implication de toutes les autres églises, afin d'aller davantage vers les protagonistes réels de la crise, afin de les amener à se parler ouvertement.

Qu'une aile de la plateforme "Lamuka " aie répondu à l'invitation du Président Félix Tshisekedi, personne ne trouverait des raisons de se mordre le doigt. Pourvu que l'intérêt de la nation y soit préservé. Cependant, plus d'un analyste pense que l'idéal aurait été d'aller vers tout le monde. Compte tenu du fait que la crise actuelle doit être analysée dans toute sa globalité, l'impératif d'un dialogue avec Joseph Kabila s'impose. Non pas en tant qu'individu, plutôt en sa qualité de chef de la majorité parlementaire actuelle. Il en de même du tandem Fayulu-Muzito qui, à ce jour, s'affiche comme la figure emblématique de l'Opposition au régime de Félix Tshisekedi.

Tout bien considéré, si l'Eglise décide de ne pas se mêler dans la crise actuelle, et laisser les hommes politiques exprimer leurs egos, il y a fort à craindre que la situation ne dure le plus longtemps possible, avec des conséquences sans doute imprévisibles, que personne ne saurait peut-être pas gérer dans la suite. "L'humanité ne se pose que des problèmes qu'elle peut résoudre", affirmait Karl Marx. Grevisse KABREL
Le « Bureau d’âge » est-il vraiment compétent pour convoquer une Session extraordinaire ?
mercredi 16 décembre 2020

Hier, la Cour constitutionnelle a rendu un Arrêt autorisant le « Bureau d’âge » de l’Assemblée nationale à convoquer une session extraordinaire à (...)
lire la suite
La Cour de cassation saisie sur les allégations de corruption des députés nationaux
mercredi 16 décembre 2020

Un parti politique membre du Front Commun pour le Congo vient de saisir la Cour de cassation sur les allégations de corruption des députés (...)
lire la suite
Kengo dément son appartenance à l’Union sacrée
mercredi 16 décembre 2020

* Le Président honoraire du Sénat dit n'avoir été ni informé ni consulté au sujet de l'adhésion de son parti à cette dynamique. Quid de l'adhésion du (...)
lire la suite
Fatshi évoque la revisitation du monopole de la SNEL et la Regideso
mercredi 16 décembre 2020

* Par cette occasion, le Président de la République ouvre la voie à tout opérateur privé pour « investir dans l’un de ces domaines. » Dans son discours (...)
lire la suite
Le ministre Yves Bunkulu invite à faire de la RDC une destination de grande attractivité
mercredi 16 décembre 2020

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi a lancé hier, mardi 15 décembre, au musée national, le 1er Salon International du tourisme, axé (...)
lire la suite
Jean-Pierre Lacroix rassure Félix Tshisekedi du soutien de la Monusco
mercredi 16 décembre 2020

Félix Tshisekedi et le secrétaire général adjoint de l’ONU ont évalué, hier mardi 15 décembre, «la manière dont les Nations Unies entendent poursuivre (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting