Dernière minute :

Accords made in DRC
mercredi 18 novembre 2020

Pas facile d'être témoin des accords politiques congolo-congolais. Pas une sinécure non plus de faire la médiation entre acteurs politiques rd congolais. Outre-tombe ou en live, les Sénégalais Wade, Niasse, l'Algérien Brahimi, l'ambassadrice américaine Wells, le Botswanais Masire, le sud-africain Mbeki, le togolais Kodjo… peuvent témoigner de la difficulté d'arbitrer les bisbilles entre politiques zaïro-congolais.

Au seuil des années 90, Abdoulaye Wade s'était fendu d'un réquisitoire sans nuance qui, hélas, résiste au temps: l'absence de culture politique. La diplomate US Melissa Wells avait fait un constat qui non plus n'a pas pris, depuis, beaucoup de rides: il y a plus de chaleur que de lumière.

Les chefs d'Etat des pays cités comme témoins de l'accord entre les vainqueurs proclamés des élections quasi-générales de 2018 expérimentent sans doute cette "exception" rd congolaise. D'autant que pour la énième crise -en cours-, tous les ingrédients récurrents sont au rendez-vous. Egos surdimensionnés, vacuité du discours au niveau de vrais enjeux du pays, ôte-toi de là que je m'y mette et par-dessus le sempiternel non- respect de textes et d'engagements.

Sur ce dernier point, les témoins africains entendront tout et son contraire. Chaque camp accusant l'autre de ne pas respecter l'accord. Ou d'en faire une lecture spécieuse.

En fait, la règle dans le microcosme politique est de prendre des libertés avec la locution latine selon laquelle "pacta sunt servanda". Depuis les années Mobutu jusqu'à ce jour, les conventions, les contrats, les accords sont ignorés, violés, interprétés de travers, dénoncés, avant même que l'encre du paraphe n'ait séché ! En somme, avant-hier, hier, comme aujourd'hui, les politiques rd congolais prennent des engagements davantage par opportunisme, dicté par les intérêts de l'instant que par conviction nourrie par un idéal.

Voici la classe politique post-élections 2018, rattrapée par cette tradition qui, décidément, a la peau dure. Au point de survivre à l'alternance sur laquelle les bénéficiaires -FCC et CACH- ne tarissaient, pourtant, pas d'éloges.

Qu'elle semble déjà loin cette période de lune de miel entre les "camarades" sociaux-démocrates émoussée par le "chassez le naturel, il revient au galop". José NAWEJ
By by année de l’action !
jeudi 31 décembre 2020

Plus que quelques heures, exit 2020 décrétée " année de l'action "par le Président de la république. En cette fin d'exercice, pas besoin de (...)
lire la suite
Lubumbashi vaut bien une virée
mercredi 30 décembre 2020

Hormis l'univers de "Monsieur tout le monde" partir pour Lubumbashi charrie, depuis quelques jours, quantité de figures de styles. Litote ? (...)
lire la suite
Gouv de province : une job description… complexe
mardi 29 décembre 2020

Etre gouverneur de province qu'est-ce ? Réponse triviale et même frappée du sceau du bon sens : représenter le chef de l'Etat et, plus généralement, (...)
lire la suite
Le trio FBK
lundi 28 décembre 2020

L'enfant n'a pas encore de nom. Son certificat de naissance n'est donc pas encore établi. Il pourrait bien se prénommer "Noël" ou "Noëlla". Et se (...)
lire la suite
De vrais faux fous nous sont nés !
jeudi 24 décembre 2020

Une énième opération nous est née ! Celle de la traque des vrais faux fous. Ceux-ci investissent, raconte-on, les rues et autres carrefours de (...)
lire la suite
Casting rimant avec casse-tête…
mercredi 23 décembre 2020

Que de vocations ! Que d'appelés ! Que de convertis ! Que d'adhésions ! Que de coming out ! Et ce n'est pas fini. L'Union sacrée de la Nation (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Alternance pacifique : du miracle au mirage

Constat des liquidateurs attitrés ! La mort, par euthanasie, de la coalition FCC-CACH en a caché une autre. Celle du modèle d'alternance pacifique que l'on a tant vanté à la faveur du passage de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting