Dernière minute :

Accords made in DRC
mercredi 18 novembre 2020

Pas facile d'être témoin des accords politiques congolo-congolais. Pas une sinécure non plus de faire la médiation entre acteurs politiques rd congolais. Outre-tombe ou en live, les Sénégalais Wade, Niasse, l'Algérien Brahimi, l'ambassadrice américaine Wells, le Botswanais Masire, le sud-africain Mbeki, le togolais Kodjo… peuvent témoigner de la difficulté d'arbitrer les bisbilles entre politiques zaïro-congolais.

Au seuil des années 90, Abdoulaye Wade s'était fendu d'un réquisitoire sans nuance qui, hélas, résiste au temps: l'absence de culture politique. La diplomate US Melissa Wells avait fait un constat qui non plus n'a pas pris, depuis, beaucoup de rides: il y a plus de chaleur que de lumière.

Les chefs d'Etat des pays cités comme témoins de l'accord entre les vainqueurs proclamés des élections quasi-générales de 2018 expérimentent sans doute cette "exception" rd congolaise. D'autant que pour la énième crise -en cours-, tous les ingrédients récurrents sont au rendez-vous. Egos surdimensionnés, vacuité du discours au niveau de vrais enjeux du pays, ôte-toi de là que je m'y mette et par-dessus le sempiternel non- respect de textes et d'engagements.

Sur ce dernier point, les témoins africains entendront tout et son contraire. Chaque camp accusant l'autre de ne pas respecter l'accord. Ou d'en faire une lecture spécieuse.

En fait, la règle dans le microcosme politique est de prendre des libertés avec la locution latine selon laquelle "pacta sunt servanda". Depuis les années Mobutu jusqu'à ce jour, les conventions, les contrats, les accords sont ignorés, violés, interprétés de travers, dénoncés, avant même que l'encre du paraphe n'ait séché ! En somme, avant-hier, hier, comme aujourd'hui, les politiques rd congolais prennent des engagements davantage par opportunisme, dicté par les intérêts de l'instant que par conviction nourrie par un idéal.

Voici la classe politique post-élections 2018, rattrapée par cette tradition qui, décidément, a la peau dure. Au point de survivre à l'alternance sur laquelle les bénéficiaires -FCC et CACH- ne tarissaient, pourtant, pas d'éloges.

Qu'elle semble déjà loin cette période de lune de miel entre les "camarades" sociaux-démocrates émoussée par le "chassez le naturel, il revient au galop". José NAWEJ
FCC-CACH : l’envers de la distanciation physique
jeudi 26 novembre 2020

Attention danger ! Retour à la zorro du corona à Kinshasa. L'alerte a été donnée par des autorités sanitaires compétentes. Les Kinois devraient, dès ce (...)
lire la suite
Fatshi face au principe de réalité
mercredi 25 novembre 2020

Que ce fût long, laborieux, épique, éreintant ! Plus de trois semaines de consultations ! Jusque tard hier soir, il y avait encore du monde qui (...)
lire la suite
Un 24 novembre peut en cacher un autre
mardi 24 novembre 2020

Par une de ses coïncidences, un 24 novembre en cache un autre. Ou plus exactement permet de se souvenir d'un autre. Celui de 2020 est jour choisi (...)
lire la suite
A chaque prof sa chapelle
lundi 23 novembre 2020

Agonisant. En état végétatif. A l'article de la mort. Déjà mort. Le requiem et la dernière pelletée de terre. Il ne s'agit pas d'une énième victime de (...)
lire la suite
Consultations : tout a déjà été dit !
vendredi 20 novembre 2020

Messieurs les "consultés", plus la peine d'en rajouter. Pour le coup, cela équivaudrait d'abuser de la citation selon laquelle, la répétition est la (...)
lire la suite
Le Conseil d’Etat à la manœuvre
jeudi 19 novembre 2020

Avant même le verdict du Conseil d'Etat dans huit jours, le député Fabrice Puela peut boire du petit lait. Sa requête a été jugée recevable! Et donc (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Accords made in DRC

Pas facile d'être témoin des accords politiques congolo-congolais. Pas une sinécure non plus de faire la médiation entre acteurs politiques rd congolais. Outre-tombe ou en live, les Sénégalais Wade, (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting