Gouvernorat de l’Equateur : Lokondo Yoka en pole position
lundi 5 janvier 2015

*L’élu de Mbandaka a la chance d’être bien coté dans toutes les chapelles politiques, à la Société civile et dans la population

Après la mort du gouverneur Koyagialo, les manœuvres politiques pour sa succession ont commencé dans le microcosme politique. Plusieurs candidats se bousculent au portillon. Mais sur cette multitude de prétendants, un nom sort du lot. C’est celui d’Henri-Thomas Lokondo Yoka, l’élu de Mbandaka. Son nom est sur toutes les lèvres aussi bien à l’Equateur que dans l’arène politique nationale à Kinshasa. Pourquoi ? Des députés provinciaux de l’Equateur qui constituent les grands électeurs pour ce scrutin répondent et soutiennent que c’est lui Henri-Thomas Lokondo qui a le profil de l’emploi. Comment ?

L’homme a mouillé le maillot partout dans toutes les strates du pouvoir d’Etat. Que ce soit dans la territoriale où il a plusieurs fois exercé la fonction de « Redoc », c’est-à-dire directeur provincial des Renseignements comme au Kivu, ou comme conseiller du Président Mobutu, ministre aux gouvernements Birindwa et Kengo ou encore conseiller personnel du Président Joseph Kabila 2004-2006. C’est cette étoffe qui lui permettra assurément d’affronter des grands défis qui se posent dans sa province d’origine.
Pour cela, il faut un homme de poigne qui tient solidement la barque pour la conduire à bon port. L’Equateur a besoin de quelqu’un qui vient pour fédérer toutes les forces politique et sociale et non diviser. Là, également Lokondo l’a prouvé dans des actions menées dans sa province chaque fois qu’il y a eu des crises majeures.

SORTIR LA PROVINCE DE L’ORNIERE
Il sait aussi rester ferme pour combattre les antivaleurs de tous genres qui ne peuvent pas libérer la province de l’Equateur. C’est le cas lorsqu’il a dénoncé le système maffieux mis en place par l’ancien gouverneur de province Jean-Claude Baende qui a saigné à blanc les maigres finances de la province.
Ce sont ces atouts qui font que des députés nationaux comme des sénateurs même non-originaires de l’Equateur avancent que c’est Lokondo qui est à même de sortir cette province de l’ornière et surtout de la placer sur l’orbite du développement. Côté Mbandaka, les députés provinciaux rappellent que c’est cet élu de leur ville qui s’est battu pour l’élection du gouverneur Louis-Alphonse Koyagialo.
Son nom est même intimement lié à sa brillante victoire autrefois à Mbandaka. Il était au four et au moulin dans la campagne de Koyagialo qu’il a supportée à 100%. Pourtant, lui est Mongo et Koyagialo, un Ngbandi. Preuve que l’élu de Mbandaka ne connaît pas de limites ethniques. Il brasse au-delà de son pays-Mongo. C’est un homme du monde.
C’est en concertation avec Lokondo que Koyagialo a élaboré le programme d’actions de son gouvernement provincial. Un homme qui ratisse large aussi bien dans la Majorité que dans l’Opposition tout comme dans la Société civile. On apprend des sources proches de l’ « Opposition républicaine » (OR) que son Autorité morale le Dr Léon Kengo Wa Dondo veut qu’il y ait un candidat unique pour cette élection. Son choix pencherait bien pour Henri-Thomas Lokondo Yoka dont il connaît bien la valeur et les mérites.
Ces échos font que la balance se penche irréversiblement du côté de l’élu de Mbandaka. Il ne lui reste que l’aval de son chef, Joseph Kabila Kabange. Nul doute que ce dernier fera un choix judicieux en faveur de l’élu de Mbandaka qui a une liberté de parole, qui n’est pas dans ces basses flatteries qui n’avancent pas du tout la République.
Lokondo est connu par sa rationalité que nul homme normal ne peut ni lui reprocher ni lui contester. C’est ainsi qu’à titre d’exemple, il a soutenu en son temps la motion Mayo de l’Unc contre le Premier ministre de son propre camp, c’est cela la rationalité. A chaque fois, il a eu droit à la salve d’applaudissements frénétiques.
C’est cela l’excellence que nul ne peut lui contester ou remettre en cause. C’est ainsi que Majorité, Opposition et dans la population où il jouit d’une grande estime, on le voit déjà gagnant. Pour certains provinciaux de l’Equateur, s’il n’est pas élu ce n’est peut être que pour des questions d’argent. Et de décréter qu’avec ou sans argent, il doit se présenter. Ils sont honnêtes, ces Equatoriens.
Car ils n’ont pas oublié que lorsque le pouvoir central avait illégalement fermé l’Assemblée provinciale, Lokondo était monté au créneau pour taper du poing sur la table et dénoncer cette décision qu’il avait qualifiée d’anticonstitutionnelle tout en exigeant la réouverture immédiate de cette instance délibérante.

REMARQUABLES PRESTATIONS AU SENAT ET A L’ASSEMBLEE NATIONALE A cause de ses remarquables prestations au Sénat et actuellement à l’Assemblée nationale, il est accepté dans tous les camps politiques. Par exemple, le Mlc de Jean-Pierre Bemba Gombo lui rend l’ascenseur en décidant de ne pas présenter un candidat du parti.
On apprend sur l’ « Avenue du Port » que pour sceller la cohésion nationale, le parti du chairman pourrait plutôt avoir un poste de vice-gouverneur dans le ticket-Lokondo avec quelques ministères provinciaux à engranger. Même son du côté du PPRD où on pense qu’il faut un candidat unique de la majorité. Là aussi, c’est toujours le nom de Lokondo qui est abondamment cité.
59 ans révolus, politologue de l’ULB, ancien officier des Renseignements, conseiller politique du Maréchal-Président Mobutu, ministre des gouvernements Birindwa et Kengo pendant la transition. Il commence sa carrière parlementaire pendant la transition du 1+4 comme député de la transition pour le compte de la composante kabiliste en 2003. Ce dernier l’apprécie à sa juste valeur et le nomme comme son conseiller personnel à la Présidence de la République. En 2006, il est élu sénateur de l’Equateur et vient faire briller l’étoile dans la salle des conférences internationales, siège du Sénat. Pour la législature en cours, Lokondo est élu à l’Assemblée nationale. Là, il s’est vraiment fait un nom. Publiquement. Indiscutablement…KANDOLO M.

Des analystes saluent l’indépendance de la Haute Cour
lundi 21 janvier 2019

Au lendemain du prononcé de l’arrêt de la Cour constitutionnelle dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 janvier, confirmant la victoire (...)
lire la suite
Grand’messe des ministres européens des Affaires étrangères aujourd’hui à Bruxelles
lundi 21 janvier 2019

L’élection du cinquième président de la République démocratique du Congo Félix-Antoine Tshisekedi oblige certains partenaires de la RDC qui avaient (...)
lire la suite
L’AFDC-A, le premier du top 5
lundi 21 janvier 2019

* Le regroupement de Bahati est suivi du PPRD, de l’AAB et de l’UDPS/Tshisekedi. Après la présidentielle, le jeu politique se joue au niveau des (...)
lire la suite
Les douloureuses vérités des urnes et les vertus immuables du christianisme
lundi 21 janvier 2019

(Romains 8, Romains 13 et 1 Timothée 2 ; 1-4) " Si la sentinelle voit venir l’épée et ne sonne pas la trompette, si le peuple n’est pas averti et (...)
lire la suite
Malgré quelques problèmes logistiques, les Congolais ont voté
lundi 31 décembre 2018

Hier dimanche 30 décembre, les Congolais – exceptés ceux de Beni, Butembo, au Nord Kivu et de Yumbi (Maï-Ndombe) étaient allés aux urnes pour choisir (...)
lire la suite
Victime des tripatouillages aux législatives, Emery Okundji appelle ses électeurs au calme
lundi 31 décembre 2018

Le Rassemblement Kasa-Vubu, dirigé par Joseph Olenghankoy, crie au scandale à l’issue des scrutins d’hier dimanche 30 décembre.Selon des sources, ce (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting