A TRAVERS UNE JOURNÉE PORTES OUVERTES ORGANISÉE PAR LA BANQUE MONDIALE
Agriculteurs et éleveurs de Kinshasa informés sur les projets PARRSA et PDPC
jeudi 24 novembre 2016

Dans le cadre du mois de l’agriculture, la Banque mondiale a organisé, hier mercredi 23 novembre, une journée portes-ouvertes destinée aux acteurs de la Société civile. Au rendez-vous au siège de la Cellule de suivi des financements en faveur des Etats fragiles à Gombe, des agriculteurs et éleveurs ont été informés sur les réalisations du Projet d’appui à la réhabilitation et à la relance du secteur agricole (PARSSA) et du Projet de développement du pôle de croissance ouest (PDPC).

Des dizaines d’organisations agropastorales ont répondu à l’appel de la Banque mondiale hier au siège de la Cellule de suivi des financements en faveur d’Etats fragiles (CFEF), agence d’exécution desdits projets de relance du secteur agricole en RDC. Les représentants de ces organisations ont été actifs lors de la séance d’informations, organisée par la Banque mondiale.
Présent à l’ouverture de cette matinée d’échanges, le Chargé des projets de la Banque mondiale, M. Amadou Oumar Ba, a rappelé à l’assistance l’importance que revêt les deux projets au développement du secteur agricole en RDC." La Banque mondiale s’est lancée depuis 2013 à la promotion des projets agricoles dans les milieux ruraux. C’est ainsi que les projets PDPC et PARSSA ont été mis sur pied, afin de booster le secteur agricole en RDC sous toutes ses formes. Nous avons voulu consacrer ce mois de novembre à l’agriculture, afin de sensibiliser les acteurs du secteur sur les réalisations desdits projets", a indiqué Amadou Ba.

EN QUETE D’UN FEED-BACK
"Nous avons pensé qu’il était important d’inviter la société civile paysanne de Kinshasa et d’ailleurs, afin de partager avec eux l’engagement de la Banque mondiale à pousser le secteur agricole congolais vers son plein développement. Aussi, avoir un feed-back de leur part quant aux évolutions du terrain", poursuit-il.
Pour le responsable projet à la Banque mondiale, le souci de son institution à travers ces deux projets est d’aider le gouvernement congolais à mettre en place des approches et méthodes optimales en vue de développer son secteur agricole, tout en minimisant des risques. Il a rassuré l’assistance que la Banque mondiale est en train de réfléchir en vue de mettre en place, avec le gouvernement congolais, des mécanismes institutionnels de maintien et de suivi des réalisations de ces deux projets au-delà de leurs durées d’exécution.

LES REALISATIONS DU PARRSA
Coordonnateur du PARRSA, M. Alfred Kibangula, s’est réjoui de l’engagement de la Banque mondiale qui a permis, dans la première phase du projet (2010 - 2017), de réaliser des résultats encourageants dans la production du riz, du manioc, du maïs, des arachides… au Nord-Ubangui, au Sud Ubangui, à la Mongala…, plus actif dans l’ex-province de l’Equateur, y compris au niveau de l’élevage, au profit de 105.000 ménages.
Il est revenu sur les axes importants de ce projet financé à hauteur de 120 millions de dollars (auxquels il faut ajouter 75 millions de dollars de fonds additionnels), et sur son impact dans le développement du secteur agricole en RDC, qui s’est traduit notamment par la production des vivres, la réhabilitation des routes des dessertes agricoles, le renforcement des capacités des prestataires, la construction des marchés et des entrepôts pour le stock des productions.

L’APPORT DU PDPC
Intervenant à son tour, le professeur Roger Ntoto, expert agro économiste, est venu mettre l’assistance au parfum des réalisations du projet PDPC. Au nom du Coordonnateur national de ce projet, il a exposé sur les acquis de cette initiative appuyée par le portefeuille de la Banque mondiale.
Le projet PDPC a, selon lui, pour objectif d’augmenter la production et l’emploi dans les chaines de valeur de filières sélectionnées dans les zones cibles. Ayant une durée de vie allant du 16 octobre 2013 au 30 août 2019, le projet PDPC a pour zone d’intervention les provinces de Kinshasa et du Kongo Central.
"Depuis son lancement, a-t-il précisé, le projet de développement du pôle de croissance ouest est en train de booster considérablement la production agricole locale : 11 tonnes de semences de riz, de 1.448.668,8 mètres linéaires des boutures primaires de manioc, 11.886 plantules de palmiers à huile... A cela s’ajoutent la réhabilitation des infrastructures dans trois stations de l’INERA, la réhabilitation en cours de 542,2 kilomètres des pistes rurales, la réalisation des études pour la construction des plateformes agroindustrielles...".

LES PAYSANS PLAIDENT POUR LEUR IMPLICATION
Lors du débat, les agriculteurs et éleveurs de Kinshasa présents à cette séance d’information ont plaidé pour leur implication dans les projets touchant leur secteur. Ils invitent ainsi la Banque mondiale à les accompagner en finançant des micros projets agricoles. "Nous demandons à la Banque mondiale de promouvoir des politiques visant la protection des agriculteurs et éleveurs paysans. Et, en partenariat avec le gouvernement congolais, nous sollicitons la mise en place des banques de crédit agricole afin de financer des projets agricoles à la base", ont-ils recommandé.
"Cette journée portes ouvertes revêt une grande importance pour nous agriculteurs paysans. Car, travailler dans le secteur agricole, sans nous impliquer, c’est faire fausse route. C’est ainsi que nous remercions les organisateurs pour avoir pensé à nous", a indiqué Mme Rosalie Biuma, présidente de la fédération des pays agriculteurs de Kinshasa.
"A entendre les paysans, leurs préoccupations nous paraissent légitimes. On peut dire que cette séance nous a permis de prendre la juste mesure du feed-back des acteurs du terrain", a martelé le professeur Roger Ntoto.
Yves Kalikat et Orly-Darel NGIAMBUKULU

OGEFREM : Anatole Kikwa s’en va après un mandat fructueux
mardi 18 juillet 2017

A la faveur des nominations intervenues, le vendredi dernier, dans les entreprises du Portefeuille, Anatole Kikwa va céder son bâton de (...)
lire la suite
Patrick Umba : " Il n’ya eu ni bradage de la fibre optique en faveur d’Airtel, ni vente de la licence de Standard Telecom "
vendredi 14 juillet 2017

Dans un document remis à la presse, l’intersyndicale de l’ex-Office congolais des postes et des télécommunications (OCPT) dénonce un contrat que le (...)
lire la suite
contrairement à l’annonce du 1er ministre et à l’option levée par l’autorité budgétaire
mardi 11 juillet 2017

* Déjà, un responsable d’un syndicat de la Fonction publique brandit la menace de grève. Les agents et fonctionnaires de l’Etat en RD Congo (...)
lire la suite
contrairement à l’annonce du 1er ministre et à l’option levée par l’autorité budgétaire
mardi 11 juillet 2017

* Déjà, un responsable d’un syndicat de la Fonction publique brandit la menace de grève. Les agents et fonctionnaires de l’Etat en RD Congo (...)
lire la suite
L’Intersyndicale accuse la SCPT d’avoir vendu la licence de Standard Télécom à vil prix
vendredi 7 juillet 2017

Jamais un sans deux. Des sources à l’Intersyndicale de la SCPT (Société congolaise des postes et télécommunications) dénoncent la vente, à vil prix, (...)
lire la suite
Inga III : le projet n’entrera en service qu’en 2024
vendredi 7 juillet 2017

Le Gouvernement de la RDC repousse de quatre ans, le projet de construction d’Inga III. C’est du moins ce qu’a anoncé hier jeudi 6 juillet Bruno (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting