Le chaos, c’est toujours les autres
jeudi 15 décembre 2016

Le 19 décembre, un jour comme tous les autres ? On veut bien le croire. On veut même que cela soit ainsi. En matière de sang versé, il ne serait pas exagéré de parler d’overdose. Pas toujours pour des causes nobles.
Que de Congolais fauchés lors de la kyrielle de rébellions business drapées dans l’appellation pudique de "guerre de libération ". Que de compatriotes -en particulier des jeunes- sacrifiés sur l’autel des conflits purement politiciens lors d’innombrables manifs de rue depuis les années Mobutu !
Au finish, les instigateurs de ces marches et leurs pourfendeurs se retrouvent autour de la table pour se partager le pouvoir. Le Congo-Zaïre se vautre dans ce cirque infernal depuis un quart de siècle.
Dans ce jeu de manège ou des chaises musicales, les rebelles ou opposants d’aujourd’hui deviennent les plénipotentiaires de demain pour se retrouver le lendemain dans l’opposition, une fois délestés du pouvoir et de privilèges qu’il charrie sous les tropiques rd congolaises. Le " peuple" que l’on invoque ne devenant que le variable d’ajustement.
Si les prédictions millénaristes se réalisent, parions qu’une fois de plus - en fait de trop- c’est encore le petit peuple qui fera les frais du chaos. Directement avec des morts. Et indirectement avec les retombées apocalyptiques de destruction de ce qui tient encore lieu de tissu socio-économique.
La majorité de Congolais d’en haut, abonnés à la MP (Pouvoir) ou sociétaires du Rassemblement (Opposition) n’étant pas logés à la même enseigne que le commun de mortels. Pour le coup, l’expression est à prendre au propre comme au figuré. A quelques jours de la date, il ne reste plus qu’à espérer que les pourparlers du Centre interdiocésain servent d’antidote au scénario-catastrophe.
Particulièrement inspiré, l’opposant Vital Kamerhe décline plus d’une fois ce qui ressemble à une profession de foi : il vaut nettement mieux négocier avant, de manière à éviter le chaos, que laisser le pire s’installer pour chercher à se parler après. Qui dit mieux ?
José NAWEJ

En finir avec les mesures de décrispation
vendredi 12 janvier 2018

Mesures de décrispation ? Pourquoi ne pas vider cette hypothèque de toute sa substance. Une bonne résolution pour 2018. Plus fondamentalement, le (...)
lire la suite
L’heure de vraies questions
jeudi 11 janvier 2018

Que faire ? Vu du landerneau politique rd congolais, cette question s’avère à très large spectre au seuil de 2018. D’abord, pour le Raïs. Le (...)
lire la suite
Derrière l’anti-kabilisme proclamé
mercredi 10 janvier 2018

Dans la galaxie oppositionnelle, cela fait très tendance de faire porter tous les chapeaux à Joseph Kabila. Ce dernier est ainsi présenté comme (...)
lire la suite
Un énième sacré coup au…sacré
mardi 9 janvier 2018

L’histoire est un perpétuel recommencement. Attribuée à l’historien athénien Thucydide, cette affirmation n’a pas pris la moindre ride sous les (...)
lire la suite
Année électorale
lundi 8 janvier 2018

C’est bien 2018. On y est. De plain pied. Une année synonyme d’élections dont la consultation phare. A savoir l’élection présidentielle. Celle qui est (...)
lire la suite
Année électorale
vendredi 5 janvier 2018

C’est bien 2018. On y est. De plain pied. Une année synonyme d’élections dont la consultation phare. A savoir l’élection présidentielle. Celle qui est (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Le dernier de 2017 !

Pour le dernier édito de 2017, nous espérions donner dans du léger, du soft. Espoir démenti et déçu. L’actualité politique congolaise charriant presqu’invariablement de la gravité. Hélas, pas dans le sens (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting