L’Etat ne saurait s’arrêter…
jeudi 22 décembre 2016

La RDC pouvait-elle se payer le luxe de rester encore longtemps sans gouvernement de plein exercice ? En ce moment où les urgences se déclinent en termes de budget, de préparation des élections, aurait-il été raisonnable de faire l’impasse sur l’organe clé de la gouvernance du pays ? Bref, les Congolais pouvaient-ils se passer du Gouvernement ? La réponse est NON dans toutes nos langues et dialectes.
Sevré du Cabinet Matata depuis la démission de ce dernier, le pays n’était plus véritablement gouverné. Ici comme ailleurs, expédier les affaires courantes relève du service minimum. Sans plus. Plus donc besoin d’un dessin pour inférer que la nomination par le chef de l’Etat du Gouvernement Badibanga était au moins un impératif pour la gestion du pays.
A moins de proclamer ouvertement que l’existence de la RDC comme pays et Etat est suspendue…jusqu’à nouvel ordre. Ce, en vertu de la polémique très zaïro-congolaise sur la fin de mandat du chef de l’Etat. Sauf à estimer que l’absence d’un Cabinet de plein pouvoir participe de la politique du chaos ou du pire. On est là dans des considérations purement politiciennes qui ne tiennent pas toujours compte de l’intérêt général.
Maintenant, que ce gouvernement paraisse éléphantesque et donc budgétivore, on peut en discuter. Avec 45 ou 50 membres, il était tout à fait possible d’avoir une équipe qui réponde à la fois au bréviaire du moment qu’est l’Accord politique du 18 octobre, à la représentativité nationale et à celle des femmes.
Du côté présence féminine par exemple, on est loin du compte. Le mal étant dans la racine. A savoir que la quasi-totalité des chefs de partis sont des hommes. Lesquels s’auto-désignent systématiquement ou presque à chaque redistribution des cartes.
José NAWEJ

Des limites au régime de faveur
vendredi 22 juin 2018

Autant le confesser tout de go. Personne d’équilibré ne trouverait à redire sur le principe d’une prise en charge d’anciens Présidents de la république (...)
lire la suite
Le tempo présidentiel
jeudi 21 juin 2018

"Circulez, il n’y a rien à voir", "rien à signaler", "il n’y a pas de quoi fouetter un chat"… En postposant son adresse à la Nation via les deux (...)
lire la suite
Dans la tête du Raïs…
mercredi 20 juin 2018

Comment ne pas pointer la journée du vendredi 22 juin ? Comment ne pas y penser ? Comment ne pas imaginer -ou plus exactement s’imaginer- ce que (...)
lire la suite
Une session vraiment extraordinaire
mardi 19 juin 2018

Des sessions extraordinaires, les travées de deux hémicycles nichés au Palais du peuple en ont connues. Et en connaîtront. Mais, en général le (...)
lire la suite
Une session vraiment extraordinaire
lundi 18 juin 2018

Des sessions extraordinaires, les travées de deux hémicycles nichés au Palais du peuple en ont connues. Et en connaîtront. Mais, en général le (...)
lire la suite
Opération-séduction du pays profond
vendredi 15 juin 2018

Cela n’a échappé à personne. Le Raïs est en itinérance dans le pays profond. Après avoir séjourné dans le Haut-Katanga pour une série d’inaugurations, (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Et …pourquoi pas Gbagbo

L’acquittement-libération de Jean-Pierre Bemba a de quoi donner des idées. Une véritable jurisprudence tant sur le fond que sur la forme. Condamné au premier degré pour "crimes de guerre et crimes (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting