Le Rassemblement face à ses propres contradictions
lundi 26 décembre 2016

* Comment comprendre par exemple l’exigence de désigner un nouveau Premier Ministre, alors que celui qui est en place est issu de rangs de l’Opposition et même du Rassemblement, dont tout le monde sait qu’il est co-fondateur depuis Genval ?

Les pourparlers initiés par le Président de la République, organisés et facilités par la CENCO approchent résolument de leur terme. Chacun, dans le pays, en souhaite une issue heureuse.
Cette œuvre qui marquera l’histoire à sa manière, aura été, du début à la fin conçue, orientée et même, l’on peut dire sculptée par le Président de la République.
Toute la démarche de Joseph Kabila, depuis que la Providence a mis la destinée de notre pays entre ses mains en 2001, est sous-tendue par la philosophie du dialogue. Aussi, a-t-il lancé cette formule demeurée célèbre que je cite de mémoire : "pour conduire la République Démocratique du Congo à la paix, j’irai partout où il sera nécessaire". Dans le même discours du 26 janvier 2001, le Président avait déclaré : "c’est ainsi que nous allons œuvrer pour une politique qui privilégie le Dialogue et la réconciliation".
Sun city ne saurait s’expliquer que par cette option. Le système 1+4 tire sa source de cette volonté de toujours unir, réunir, rassembler et demeurer dans la recherche du consensus. Les concertations du Palais du peuple, les consultations du Palais de la Nation, le Dialogue de la Cité de l’Union africaine, tous ces efforts sont assis sur la conviction que la démocratie africaine se construit sur l’échange, le partage et le dialogue. Là où la démocratie occidentale pousse à la confrontation, nous, nous pratiquons la concertation.
L’épisode actuel des pourparlers de la CENCO ne s’éloigne guère de cette pensée politique. Les pourparlers de la CENCO sont fils du Dialogue de la Cité de l’Union africaine. Il faut affirmer que tout en acceptant les avancées issues des conclusions de la Cité de l’Union africaine, le Président de la République n’en était pas totalement satisfait. L’homme du dialogue ne voulait pas laisser au bord du chemin les auto-exclus de l’Accord du 18 octobre 2016. A l’instar du bon berger qui, ayant 99 brebis dans l’enclos, a tenu à retrouver la 100ème qui était égarée, le Président de la République a fait appel aux évêques catholiques pour ramener les opposants radicaux au consensus national.
Il est donc surprenant de voir "le Rassemblement", que le Président de la République a fait repêcher dans le souci de parfaire l’inclusion de l’Accord du 18 octobre 2016, se draper dans des attitudes hégémoniques, multiplier les obstacles et radicaliser ses revendications. Malgré les nombreuses concessions consenties par les signataires de l’Accord du 18 octobre, les opposants radicaux passent d’une exigence à une autre, au risque de faire basculer le tout dans un échec aux conséquences imprévisibles.
Comment comprendre par exemple que l’on exige du Chef de l’Etat une déclaration particulière quant à son engagement à ne pas se présenter pour un troisième mandat, alors que, il y a quelques semaines à peine, devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès, il a, lui-même, affirmé sa volonté de respecter la Constitution ? Pourquoi réécrire ce qui est déjà écrit dans la Constitution qu’il s’est pourtant engagé à respecter ?

CONTRACTIONS
Comment comprendre par exemple l’exigence de désigner un nouveau Premier Ministre, alors que celui qui est en place est issu de rangs de l’Opposition et même du Rassemblement, dont tout le monde sait qu’il est co-fondateur depuis Genval ? Comment concilier la nécessité d’aller vite en besogne pour l’organisation des élections, en 2017 déjà, avec la revendication de remettre la CENI à plat ?
Par ces exigences sans cesse renouvelées, le Rassemblement affirme son mépris du sens du compromis, condition essentielle de la démocratie. On ne va pas à une négociation pour y imposer absolument sa volonté. On y va pour trouver un terrain d’entente. Par son extrémisme, le Rassemblement confirme sa volonté, longtemps affichée, de prendre le pouvoir par les émeutes des rues.
Les Congolais sont pris à témoins. Ils doivent se rendre compte et juger en toute sérénité de quel côté se trouve l’extrémisme, de quel côté se trouve la volonté de mettre le pays à feu et à sang, de provoquer le chaos.
La démarche du Rassemblement, et notamment de l’UDPS, ne visent que la prise du pouvoir, quel qu’en soit le prix. Pourtant, à ce jour, trop de nos jeunes gens ont déjà perdu la vie dans cette aventure politique ! Il faut que ça cesse.
L’extrémisme des négociateurs du Rassemblement dans les pourparlers de la CENCO ne trompe plus personne. Le Rassemblement a dévoilé sa véritable face. Les modérés de tous bords doivent alors prendre leur responsabilité, pour sauver notre pays. K.M/Analyste politique

L’Inspection Générale du Travail dotée d’un document de référence
lundi 24 avril 2017

L’atelier de validation de guide méthodologique de l’Inspection Générale du Travail (IGT), organisé au CEPAS, s’est clôturé le vendredi 21 avril (...)
lire la suite
RDC : MSF et le ministère de la Santé se mobilisent contre la rougeole
vendredi 21 avril 2017

* Depuis novembre 2016, plus de 675.000 enfants ont été vaccinés et 14.000 malades soignés dans les zones d’intervention MSF. En soutien au ministère (...)
lire la suite
Les FARDC récupèrent le territoire de Luebo
vendredi 21 avril 2017

Les forces de défense et de sécurité de la République ont récupéré hier jeudi 20 avril les territoires de Luebo et de Kazumba, dans le Kasaï Central. (...)
lire la suite
62.000 nouvelles personnes déplacées en une semaine, selon OCHA
vendredi 21 avril 2017

Le Bureau de la coordination des Nations unies pour les affaires humanitaires a publié, hier 20 avril, un rapport sur la crise humanitaire qui (...)
lire la suite
L’Unesco renforce les capacités des acteurs éducatifs en suivi des indicateurs de l’ODD4
vendredi 21 avril 2017

L’Unesco organise depuis hier jeudi 20 avril, au cercle de Kinshasa, à Gombe, un atelier d’alignement des Objectifs de développement durable axés (...)
lire la suite
« Nous et le livre » organise un concours d’orthographe au profit des élèves malentendants
vendredi 21 avril 2017

Nous et le livre, une Asbl qui œuvre pour la promotion de la culture de la lecture dans la jeunesse, a organisé hier jeudi 20 avril, un concours (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting