Une année sans …
vendredi 30 décembre 2016

2016, une année sans … A n’en point douter. Bien plus qu’un jugement, c’est un constat. Loin d’être l’une de ces formules ou raccourcis dont raffolent les journalistes. C’est bien la réalité. La triste réalité.
Vu de RDC, 2016 aura, en effet, charrié plus de larmes que de rires. Davantage de tristesse que de joie. Plus de malheur que de bonheur.
Il y a eu, certes, le triomphe au Chan en terre rwandaise. Avec au passage, comme cerise sur le gâteau, la belle et symbolique victoire de nos Léopards sur les Amavoubi. Il y a eu aussi, dans le registre politique, le retour non moins triomphal d’Etienne Tshisekedi, leader de l’UDPS, le meeting de l’Opposition, suivi de celui de la Majorité. Trois séquences hautement démocratiques que les folles journées des 19 et 20 septembre d’abord et les même jours en décembre ensuite, vont balayer. De sorte que de 2016, on gardera davantage, ces violences qui ont déferlé sur Kinshasa et sur d’autres grandes villes du pays. Des Congolais pris au piège, mieux en otage par des agendas politiques contradictoires. Des Congolais, seules victimes de règlement des comptes entre des politiciens congolais, avec des tireurs de ficelles opérant presqu’à visage découvert.
A côté de ces violences politiciennes orchestrées notamment dans la capitale, 2016 aura vu les tueries de l’Est atteindre le summum de l’horreur. Des Congolais de plus en plus charcutés à la machette, plus particulièrement dans le Grand Nord. Là aussi, des compatriotes continuent de subir les contrecoups des plans de la sinistre OPA (Offre publique d’achat), lancée voici une vingtaine d’années sur l’Est congolais.
L’objectif ultime étant d’arriver à la balkanisation de ce pays, trop grand, trop riche pour n’appartenir qu’aux seuls Congolais, pense-t-on dans certaines officines occidentales et chez certains voisins. Lesquels ne se font pas prier pour faire de la sous-traitance. 2016, c’est aussi la « sempiternelle misère » du peuple qui s’est accentuée avec la décote du Franc congolais face au Roi dollar.
Une dépréciation consécutive à la chute des cours du cuivre et du pétrole.
Alors, faudrait-il se contenter du requiem sur la RDC ? Certainement pas. Des raisons d’espérer existent. Sans être suffisamment inclusif, l’Accord du 18 octobre a été la preuve que des Congolais pouvaient se mettre autour d’une table pour parler "Congo".
Enfin, même les discussions directes du Centre interdiocésain constituent une autre illustration que le pays est loin d’avoir épuisé toutes ses ressources. Même si, il est vrai, des manœuvres, pas toujours catholiques, s’invitent dans ce saint des saints de l’épiscopat congolais. Enjeux de pouvoir obligent.
Plaise tout de même au Ciel que la fumée blanche ponctue ces négociations dites de la dernière chance. Ce serait la meilleure consolation pour le peuple congolais par rapport à cette année 2016 de toutes les violences. Ce serait surtout de bon augure pour 2017. José NAWEJ

Devoir de conscience collective
vendredi 23 juin 2017

Elections non tenues dans le délai- situation dans le Kasaï, voici deux sujets qui placent la RD Congo sous les projecteurs des puissances (...)
lire la suite
Exétat : Ne pas oublier le Kasaï
jeudi 22 juin 2017

Ce jeudi 22 juin 2017 prend fin l’examen d’Etat sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo. Sauf, bien entendu, dans plusieurs recoins (...)
lire la suite
Et si l’on avait prévu l’effondrement des cours…
mercredi 21 juin 2017

"Gouverner, c’est prévoir". Voici donc,une pensée forte d’Emile de Girardin qui devrait, si elle ne l’est, être inscrite au fronton de chaque édifice (...)
lire la suite
Et si l’on avait prévu l’effondrement des cours…
mardi 20 juin 2017

"Gouverner, c’est prévoir". Voici donc,une pensée forte d’Emile de Girardin qui devrait, si elle ne l’est, être inscrite au fronton de chaque édifice (...)
lire la suite
Exétat : Ne pas oublier le Kasaï
lundi 19 juin 2017

Ce lundi 19 juin 2017 démarre l’examen d’Etat. Sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo. Sauf, bien entendu, dans plusieurs recoins de (...)
lire la suite
Après les Evêques, vive le G10 ?
vendredi 16 juin 2017

Ils sont dix. Comme dix doigts de deux mains. Neuf anciens chefs d’Etat. Pas n’importe lesquels. Des Présidents ayant accédé au pouvoir via les (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting