JOUISSANT DE LA CONFIANCE DE L’ASSEMBLEE NATIONALE
Samy Badibanga n’est pas démissionnaire
lundi 9 janvier 2017

L’accord du 31 décembre 2016 fait couler beaucoup d’encres et de salives. Certains analystes politiques estiment que le Rassemblement de forces politiques et sociales vives acquises au changement n’existe pas juridiquement au regard des textes qui régissent les activités politiques en RDC. Et que leurs revendications notamment la Primature n’est pas encore gagnée. Pour ces observateurs avertis, pour nommer un nouveau Premier ministre, le poste doit être vacant, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Selon eux, la Constitution elle-même dispose qu’il y a vacance à la Primature dans deux hypothèses. D’abord, la démission volontaire du Premier ministre, une hypothèse peu probable dans les conditions actuelles. A les entendre, Samy Badibanga, député national le mieux élu du Mont-Amba à Kinshasa, chef de file d’un grand groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, n’a aucune intention de se faire marcher sur les pieds.
D’après ces observateurs, la deuxième possibilité est la chute du gouvernement par une motion de censure. Une hypothèse, selon eux, inimaginable dans ce contexte où les 341 députés nationaux qui ont soutenu et continuent à faire confiance à Samy Badibanga ne sont pas en toute logique disposés à vivre un tel scénario.
Cependant, ces analystes politiques s’interrogent comment le Rassemblement aura-t-elle la primature. A les en croire, le Rassemblement, non seulement n’a pas d’existence légale mais il n’a pas non plus assez de députés qui soutiendraient son premier ministre à la chambre basse du parlement. Et d’ajouter, la plate-forme de Tshisekedi n’a que trente députés, l’UDPS n’ayant pas reconnu ses élus depuis le début de la deuxième législature de la troisième république. Avant de souligner, l’attribution de ce poste au rassemblement n’est que la conséquence d’un arrangement particulier. A ce point, ces observateurs notent que le Rassop est au bord de l’implosion.
Ainsi, estiment-ils, tous les yeux sont rivés sur Etienne Tshisekedi, qui doit comme le fait le Saint Père en toute discrétion, désigner l’oiseau rare. Celui-là, estiment certains analystes bien que proposé, ne sera pas immédiatement nommé par le chef de l’Etat tant que les préalables évoqués n’auront pas trouvé solution.
Enfin, ils ont fait savoir que les 67 membres du gouvernement sont autant des Congolais que ceux du Rassemblement. Il n’est donc pas question d’une victoire des uns sur les autres. Il faut donc négocier avec Badibanga et les siens, proposent ces observateurs. M.M. 

Félix Tshisekedi, pas demandeur !
jeudi 17 août 2017

* Fatshi ne jure, cependant, que sur l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre qui prévoit le délai de la tenue effective des élections. (...)
lire la suite
Le CNSA divise le Front pour le respect de la Constitution
mercredi 16 août 2017

* Considérant l’adhésion d’une aile du Front à l’institution citoyenne pilotée par Olenghankoy, comme l’œuvre des quémandeurs de postes, le reste de la (...)
lire la suite
CNSA : vivement la loi organique
mardi 15 août 2017

Il ne reste plus que quatre mois. Quatre mois pour arriver au terme des échéances électorales, prévues par l’Accord de la Saint Sylvestre, signé en (...)
lire la suite
Edem Kodjo : une présence qui relance les supputations
lundi 14 août 2017

* Que cache la visite à Kinshasa de l’officiant principal des négociations de la Cité de l’Union africaine ? Ça se chuchotait en haut lieu tout au (...)
lire la suite
Après Katumbi, est-ce le tour du fils Dokolo ?
vendredi 11 août 2017

*Le lancement de son mouvement citoyen hier jeudi pousse nombre d’observateurs à s’interroger sur les ambitions du gendre du président angolais. (...)
lire la suite
Affaire BDK : les preuves de l’insurrection
jeudi 10 août 2017

* Au cours d’une cérémonie hier au Commissariat général de la PNC, les auteurs présumés des actes terroristes de lundi 7 août, ayant notamment causé la (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting