Dernière minute :
PAIEMENT DE LA TNT
Jolino Makelele maintient l’épée de Damoclès sur des télévisions non en règle
mercredi 13 janvier 2021

* Au cours de la cérémonie d'échange des vœux, avec débat, organisée hier avec les patrons de presse, le ministre de la Communication et des Médias a décidé de déconnecter les télés qui ne sont pas passés au Trésor.

Le ciel va tomber sur des télévisions rd congolaises. Calme mais ferme, le ministre d'État, ministre de la Communication et des Médias, Porte-parole du Gouvernement, Jolino Makelele, a secoué le monde de l'audiovisuel en annonçant la déconnexion de toutes les chaînes non en ordre avec l'Etat. Il l'a dit lors de la cérémonie d'échange des vœux, avec débat, organisée avec les patrons de presse hier mardi 12 janvier à Kinshasa.

" Je procéderai, dans les heures qui viennent, à la déconnexion des chaînes qui ne sont pas en ordre avec l'État. Il n'y aura ni intouchables, ni privilégiés encore moins une protection politique à faire valoir ", a annoncé Jolino Makelele, déplorant à l'occasion " le foisonnement des médias créés sans respecter les règles. Il y a des télévisions mallettes ".

Il a par ailleurs indiqué qu'une Commission a été mise en place pour identifier toutes les chaînes. Celle-ci a détecté " 111 éditeurs non en règle, 47 en règle, 32 en processus de paiement échelonné et 12 ayant à peine retiré le cahier des charges indispensable avant l'ouverture officielle du média ".

Selon le ministre de la Communication et des médias, cette opération lui a permis de mobiliser près d'un million de dollars pour la seule ville province de Kinshasa en quatre mois. Il compte atteindre deux millions au mois de mars 2021.

Le ministre d'Etat Jolino Makelele envisage étendre cette opération à toutes les provinces.

Des instants plus tôt, le président de l'Union nationale de la presse du Congo (UNPC), Gaby Kuba, a fait un plaidoyer auprès de la tutelle en faveur des hommes des médias. " J'en appelle à la bonne collaboration entre l'UNPC et les institutions de la République dont le ministre de tutelle que vous êtes, en nous assurant la protection dans le plein exercice de notre métier", exhorte le président a.i de l'Union de la presse du Congo (UNPC).

Le président de l'UNPC a fait observer qu'"en plus des avantages légaux donnés à la presse qui sont demeurés lettres mortes, les lois relatives à la presse moisissent dans le tiroir du Parlement".

Ce n'est pas tout. Gaby Kuba a également plaidé pour "la dépénalisation des délits de presse" non sans promettre que "l'UNPC entend redynamiser ses 3 commissions : discipline, identification du journaliste et formation pour s'auto-discipliner".

Le président de l'UNPC exhorte "la presse à ne pas confondre la ligne éditoriale et le militantisme politique ou la défense d'un homme politique. Les critères doivent être renforcés pour faire partie de la corporation. Il faut muer en un ordre pour mettre notre métier à l'abri des moutons noirs".

Devant les patrons de presse, Gaby Kuba s'engage à "réprimer le comportement tendant à discréditer le métier. Seuls les pairs ont qualité de qualifier une infraction de presse, et non les juridictions de droit commun".

C'est ainsi qu'il appelle à " orienter toutes ces fautes vers la corporation. Les sanctions doivent être sévères pour ne pas donner l'impression qu'on est cyniquement solidaires".

Le président de l'UNPC reconnaît que "beaucoup de défis nous attendent, comme celui de nous moderniser pour devenir le véritable 4ème pouvoir afin de contribuer à l'effectivité d'un État de droit, et hisser notre pays dans l'orbite du développement pour mieux jouer son rôle". Ci-dessous, l'intégralité de l'adresse du ministre de la Communication devant les patrons de presse. Didier KEBONGO

Adresse du ministre de la Communication devant les patrons de presse Monsieur le Président a.i de l'Union Nationale de la Presse Congolaise, Cher Gaby,

Merci pour les vœux que vous venez de me présenter au nom de l'Union Nationale de la Presse Congolaise dont j'apprécie le combat pour l'indépendance des journalistes dans notre pays. Comme Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l'Etat, Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, j'en suis moi aussi particulièrement sensible. C'est l'occasion pour moi de vous féliciter avec l'ensemble de votre comité pour votre dernière élection.

Et vous me permettrez de penser particulièrement à un homme, dont j'ai pu apprécier, le mot est faible, l'indépendance d'esprit, le professionnalisme mais également le sens des négociations, Joseph-Boucard KASONGA TSHILUNDE, qui nous a quitté l'année dernière, quelques jours seulement après sa réélection à la tête de votre corporation. En sa mémoire, et d'autres membres de la presse qui nous ont quittés, je prie l'assistance de se lever et d'observer une minute de silence.

Monsieur le Président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel et de la Communication, Monsieur le Président a.i de l'Union Nationale de la Presse Congolaise Mesdames et messieurs, chers amis de la presse, Distingués invités

Il m'est arrivé assez souvent, en tant que Ministre de la Communication et Médias de rencontrer la plupart d'entre vous. Des liens personnels d'amitié m'unissent à certains d'entre vous. Beaucoup d'autres sont pour moi des noms connus que je retrouve, et il s'observe en général un courant de sympathie réciproque. Je vous réitère les remerciements que je vous dois.

Vous et moi témoignons d'un souci commun, qui est celui de tout citoyen attaché à la démocratie, à savoir défendre la liberté de la presse tout en y associant l'éminent devoir de responsabilité qu'elle vous confère.

Mesdames et messieurs, Chers amis de la presse,

Décrétée pourtant année de l'action, 2020 qui vient de s'achever aura été très éprouvante pour tout le monde, gouvernants comme gouvernés. Alors que le Gouvernement a consenti d'énormes efforts pour répondre aux multiples défis auxquels nous faisons face, une crise sanitaire et socioéconomique causée par la pandémie de COVID-19 est venue mettre à mal les prévisions de l'exécutif.

Néanmoins, il faut saluer la réactivité du Gouvernement de la république qui avait aussitôt pris des mesures qui ont permis de ralentir la propagation de l'épidémie dans la Capitale ainsi que dans les provinces, notamment l'état d'urgence sanitaire avec une série de mesures de prévention et de protection, mais également celles d'atténuation des effets néfastes de la maladie sur la population. Et face au déficit communicationnel constaté, le Président de la République m'avait alors instruit d'appuyer la sensibilisation contre la COVID-19, à travers une campagne de proximité que j'ai menée dans les milieux les plus reculés de la capitale mais également en provinces. Une campagne que j'ai menée en ayant recours aux leaders d'opinions recrutés à travers les artistes musiciens et comédiens de renom, mais également les sportifs et hommes de Dieu.

En dépit des progrès enregistrés, aujourd'hui encore, le pays est confronté à une deuxième vague de cette épidémie caractérisée, selon les spécialistes, par une propagation à grande vitesse, avec à la clé une remontée non négligeable des cas positifs au quotidien. Voilà pourquoi les autorités ont pris de nouvelles mesures notamment le renforcement des gestes barrières, la suspension des enseignements et un couvre-feu limitant le brassage des populations dans certains milieux fermés. Ainsi, je profite de cette occasion pour inviter notre population à respecter toutes les mesures édictées par les autorités du pays, notamment le couvre-feu, le port obligatoire et correct des masques ainsi que le respect de la distanciation physique, surtout en cette période de deuxième vague. Mesdames et messieurs, Chers amis de la presse, Cette crise sanitaire est venue s'ajouter à l'insécurité persistante dans certains coins de notre pays, causée par des forces du mal. A cet effet, le Mini-Sommet de GOMA tenu par visioconférence, en date du 7 octobre 2020, à l'initiative du Président de la République, et qui a réuni les Chefs d'Etat de l'Ouganda, du Rwanda, de l'Angola et de la RDC, a permis notamment d'évaluer la situation sécuritaire dans la région des Grands Lacs, en particulier en RDC, marquée par l'activisme et la menace des groupes armés et des forces négatives. A cette occasion, les Chefs d'Etat ont rappelé l'Accord-cadre d'Addis Abeba qui affirme les préoccupations sécuritaires des pays de la sous-région et ont affirmé leur volonté de conjuguer leurs efforts visant à éradiquer ces forces négatives et groupes armés opérant dans la sous-région, et en particulier dans l'Est de la RDC.

Pendant ce temps, les FARDC prennent de plus en plus d'ampleur et gagnent de plus en plus du terrain. Des opérations de nos forces armées tendant à traquer et neutraliser les ennemis sont toujours en cours, alors que la capacité offensive et dissuasive des FARDC ne cesse d'augmenter. C'est ici l'occasion de saluer la bravoure de nos vaillants soldats. C'est également le lieu de souligner la reprise de la coopération militaire avec les USA matérialisée par la signature d'un mémorandum d'entente, et l'inauguration de l'Ecole de guerre, fruit de la coopération avec la France, grâce au leadership du Président de la République.

Sur le plan de la coopération internationale justement, il convient de souligner les efforts inlassables fournis par le Président de la République et l'exécutif. A ce sujet, on notera que la RDC qui ne figurait plus sur la liste des pays africains éligibles à un statut de partenaire commercial privilégié avec les Etats-Unis, parce qu'elle n'effectuait pas des progrès nécessaires pour répondre aux critères de l'AGOA, y est à nouveau admise. Cela traduit bien un satisfecit à la politique du Président de la République en matière de bonne gouvernance, de lutte contre la corruption, de respect des droits humains et de l'assainissement du climat des affaires.

Et comment ne pas rappeler que, toujours sous le leadership du Président de la République, la RDC est en train de véritablement reprendre sa place dans le concert des nations. En effet, depuis le 9 février 2020, en marge de l'ouverture des travaux de la 33e session de l'Assemblée générale de l'Union Africaine, le Président Félix TSHISEKEDI a été élu Premier Vice-Président pour 2020 et Président de cette organisation régionale en 2021. Dans quelques jours donc, c'est le Congo qui fera briller l'Afrique à travers le mandat du Président de la République placé sous le thème d'une " Afrique au service des peuples africains ", à travers entre autres piliers :

1. Soutenir une Afrique en paix durable et en sécurité renforcée ;

2. Une Afrique désireuse de renforcer la bonne gouvernance ;

3. Développer une Afrique performante par le développement de son capital humain notamment la jeunesse, la science, la technologie, l'innovation scientifique) ;

4. Une Afrique championne de la sécurité sanitaire et de la gouvernance vaccinale.

Mesdames et messieurs, Chers amis de la presse,

L'un des succès les plus retentissants du programme du gouvernement est bien entendu la gratuité de l'enseignement de base. Hier encore un rêve, aujourd'hui nous vivons tous cette réalité grâce à la détermination d'un homme qui y a cru, mettant ainsi en évidence son crédo connu de tous, à savoir : le peuple d'abord. Oui, grâce à ce programme c'est l'égalité des chances qui est offerte aux enfants qui avaient perdu tout espoir d'être scolarisés, particulièrement ceux des milieux les plus modestes. Et pour ceux qui aiment les chiffres, je voudrais rappeler que c'est plus de 4 millions d'enfants supplémentaires que ce programme a permis de récupérer.

Aussi, au-delà de l'enseignement de base, il faut noter qu'au niveau du secondaire, les meilleurs bacheliers du pays sont récompensés à travers des bourses d'études appuyées par le gouvernement et ses partenaires, de même que certaines fondations ou organisations non gouvernementales, à l'instar de la Fondation FDNT.

Toujours dans le secteur de l'éducation, l'on notera également la prise en charge, par le Trésor public, des salaires de plus de 230.000 enseignants non-payés (NP), de plus de 58.700 enseignants dits nouvelles unités (NU) du primaire, l'allocation des frais de fonctionnement aux écoles primaires publiques, le réajustement des salaires de tous les enseignants en ramenant le salaire de l'enseignant le moins payé à l'équivalent de 100$, l'octroi des indemnités de logement et de transport aux enseignants des villes et chefs-lieux des provinces administratives, etc.

Cette logique d'ouverture et de respiration de la société est également appliquée à la fonction publique, qui accueille de plus en plus des jeunes talents et ce dans la diversité. Et le gouvernement est déterminé à améliorer les conditions des fonctionnaires de l'Etat. Déjà grâce à la politique d'assainissement mise sur pied, il a été identifié plus de 133.000 agents fictifs et 43.000 doublons qui étaient payés indûment.

Mesdames et messieurs, Chers amis de la presse,

Au nombre des avancées démocratiques qui cimentent l'instauration d'un véritable Etat de droit en RDC, l'on peut citer entre autres le retour de la liberté d'expression et de l'ouverture de l'espace médiatique à toutes les tendances politiques.

Je voudrais dire à JED que contrairement à une certaine opinion les prédateurs de la presse ne sont pas de retour, car tout en condamnant des actes isolés de violation de la liberté de la presse, nous vivons une ère véritable de liberté. Eh oui, vous l'avez cette liberté ! Mais cette dernière doit toujours être associée à la responsabilité.

Je vous invite donc à ne pas vous satisfaire du probable, vous devez rechercher le vrai. Votre corporation devrait s'astreindre à servir les faits et à ne pas leur substituer des opinions personnelles dictées quelquefois par des officines politiques. Aussi, j'en appelle à une forme de régulation en vue de lutter contre ce nouveau fléau dénommé fakes news, ces fausses informations distillées en majorité à travers les réseaux sociaux.

Par ailleurs, je me permets de réitérer, une fois de plus, mon vœu de voir se tenir les Etats généraux de la presse afin d'adapter la législation en la matière aux réalités d'aujourd'hui et d'envisager un profond assainissement de l'espace médiatique congolais.

S'agissant de la télévision numérique terrestre, notre pays entend répondre favorablement aux recommandations de l'Union Internationale des Télécommunications, afin de migrer définitivement de la télévision analogique vers la télévision numérique terrestre. Si avec le système analogique, pour la seule Ville de Kinshasa, nous comptions plus de 60 chaines de télévision, et donc 60 fréquences et 60 émetteurs, avec l'avènement de la TNT nous comptons actuellement plus de 200 éditeurs de programmes. Non seulement que la plupart d'entre eux ne sont pas en règle avec l'Etat, mais on assiste à un foisonnement de nouveaux médias créés sans respecter les normes en la matière et qui, au surplus, ne semblent pas viables. C'est l'ère des télévisions-mallettes.

Voilà pourquoi, j'avais décidé de mettre sur pied une commission d'assainissement du paysage audiovisuel avec pour mission non seulement d'identifier les chaines en ordre de paiement des droits d'exploitation dus à l'Etat, mais aussi de contrôler les contenus des cahiers de charge. Dans son rapport préliminaire, la commission a identifié :

- 111 éditeurs de programmes non en ordre de paiement ;

- 47 seulement ayant payé la totalité ;

- 32 en processus de paiement échelonné ;

- 12 ayant à peine retiré leur note de perception sans une concrétisation de paiement.

Cette remise en ordre du secteur a permis de générer, pour la première fois, près d'un million de dollar américain, rien que pour la Ville de Kinshasa. Si on y intègre les paiements à venir consécutifs à la fermeté dont fait preuve mon ministère, nous devrions atteindre les deux millions de dollar à l'horizon du mois de mars 2021.

Cette opération est appelée à s'étendre au niveau des provinces et permettre à l'Etat d'engranger également de nouvelles recettes dormantes.

Je vous informe d'ores et déjà qu'à la suite du rapport me transmis par la commission ad hoc, je procéderai dans les heures qui viennent à la déconnexion des chaines non en règle.

J'aimerais vous dire à ce sujet que l'ère des bébés nourris aux mamelles de l'Etat est totalement révolue. Reflétant la vision du Président de la République en la matière, il n'y aura plus ni intouchables ni privilégiés, encore moins une protection politique à faire valoir.

Mesdames et messieurs, Chers amis de la presse,

Nous sommes à un moment très particulier de l'histoire de notre pays. Nous sommes à l'heure de grandes manœuvres politiques qui vous invitent, plus que jamais auparavant, à cette responsabilité qui doit vous caractériser dans vos publications et productions. En tant que rouage essentiel de notre démocratie, vous avez un rôle si décisif, si capital que j'aurais mauvaise grâce à insister. Vous ne pouvez pas ne pas être pénétrés de vos obligations, surtout maintenant, tant elles pèsent lourds sur l'avenir de notre société.

En effet, face à l'émergence des difficultés de tous ordres au sein de la coalition FCC-CACH rendant ainsi aléatoire la concrétisation du changement tant réclamé par notre peuple ; ayant constaté la rupture d'harmonie au sein de cette coalition en ce que cette dernière ne pouvait plus servir de catalyseur pour que l'action du Gouvernement puisse mieux rencontrer les aspirations de la population, ce que les Kinois ont qualifié de " ba cales ", le Président de la République, en sa qualité de Garant des institutions, en a appelé à une Union Sacrée des forces vives de la Nation autour des Principes, des Valeurs et d'Actions dédiés au service de la population. J'invite toutes les bonnes volontés à accompagner cette vision du Chef de l'Etat qui ne vise que le bien-être de nos populations. Certes, cette intiative n'est pas une panacée de nature à tout résoudre, loin s'en faut, elle a au moins le mérite d'une concordance d'approches entre la vision du Chef de l'Etat et sa mise en œuvre par l'exécutif.

Encore tous mes vœux à chacune et à chacun d'entre vous, pour vous-même, pour vos médias, pour vos familles respectives.

Et de tout cœur je vous souhaite une très très bonne année. Je vous remercie."
Calendrier des matches
vendredi 15 janvier 2021

Samedi 16 janvier Groupe A Cameroun - Zimbabwe 17h à Yaoundé Mali - Burkina Faso 20h à Yaoundé Dimanche 17 janvier Groupe B Libye - (...)
lire la suite
Jolino Makelele maintient l’épée de Damoclès sur des télévisions non en règle
mercredi 13 janvier 2021

* Au cours de la cérémonie d'échange des vœux, avec débat, organisée hier avec les patrons de presse, le ministre de la Communication et des Médias a (...)
lire la suite
Communiqué nécrologique
mercredi 6 janvier 2021

La famille du professeur Diakabana Célestin et ses fils informent la grande communauté de Manianga de Luozi, et plus précisément de Zunga kia bidi (...)
lire la suite
Presse écrite
mercredi 30 décembre 2020

L’année 2020 aura été très laborieuse pour la presse partout à travers le monde. En République Démocratique du Congo, les journalistes n’auront pas (...)
lire la suite
USINE DE PANIFICATION DE KINSHASA MESSAGE DE VŒUX AU CHEF DE L’ETAT ET AU PEUPLE CONGOLAIS
mercredi 30 décembre 2020

A l'occasion de fêtes de Noël et de Nouvel an 2021, le Président Directeur Général, les Cadres de Direction et l'ensemble du Personnel de l'Usine de (...)
lire la suite
EPST : les vacances de Noël démarrent ce vendredi 18 décembre, atteste Willy Bakongo
vendredi 18 décembre 2020

Les vacances de Noël, c’est déjà ce vendredi 18 décembre. Fixées de commun accord avec le chef de l’Etat, ces vacances du premier trimestre débutent (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Vivement un vaccin contre le… glissement !

Au moment où les Congolais s'apprêtent à recevoir les doses anti-coronavirus, voilà qu'une autre épidémie est déclarée! En fait, il s'agit d'une résurgence. Pas d'Ebola. Mais du "glissement". Ce virus a (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting